mercredi 11 décembre 2013

Que Viva la Noche, Que viva l'amor ... J'ai vu ... #3


(Alors quand je fais des articles sur Cristina Cordula là il y a du monde par contre quand il s'agit de faire un article "plus sérieux" sur Modern Family là il n'y a plus personne, bande d'ingrats!).

Bon par contre, il y a une petite contradiction... Wendy est en bottes et Martine en chaussures ouvertes...
Qui a dit, "on s'en fout" ?

Qu'est ce que c'est que ce titre ? Vous allez vous dire, elle a craqué totalement la p'tite. Un peu oui. Mais pas tant que ça. Je vais vous parler d'un film. Ne partez pas de suite, je suis sûre que ça va parler à la plupart d'entre vous. Casse-Tête Chinois, le troisième rejeton de Klapisch (avec son personnage de Xavier j'entends).
 
Si vous êtes comme moi, vous faites probablement partie des gens qui ont kiffé L'Auberge Espagnole à 15 ans, en vous imaginant déjà chanter No Woman No Cry à 20 ans avec vos potes à Barcelone. Sauf que bon à 20 ans, vous vous êtes rendus compte qu'il y avait deux categories de personnes, celles qui avaient le courage de partir faire un Erasmus et celles qui préfèrent rester planquer dans leur petite bourgade natale. Vous faites inévitablement partie de la deuxième catégorie. En tout cas moi oui. Bref, je ne suis jamais partie en Erasmus nulle part (mais j'ai fait d'autres trucs chouettes hein ! Si si je vous jure ! ) mais j'ai toujours aimé L'Auberge Espagnole parce qu'il symbolise quand même terriblement bien ce foutu passage à "l'âge adulte" où on se rend compte que la personne qu'on aimait depuis quelques temps, avec laquelle on a grandi ne nous correspond plus vraiment (Martine), où on a envie de découvrir des gens, des choses (Barcelone, Judith Godrèche...) et où on a surtout envie de tout envoyer péter.
Pour ça la fin de L'Auberge Espagnole est juste merveilleuse. Ce moment où Xavier arrive sur son lieu de travail, qu'il est présenté à l'équipe et où finalement il se casse en courant. A chaque fois que je commence un nouveau stage / job, je pense à cette scène et je me dis que moi aussi je vais courir loin, très loin et tout envoyer péter, sauf que ma vie n'est pas un film de Klapisch et que j'aime bien manger autre chose que des pâtes dans la vie et donc j'ai besoin de sous parfois (oui je suis faible) (j'aime surtout m'acheter des rouges à lèvres oui). Xavier dans L'Auberge Espagnole fait tout ce que j'aurais aimé faire il y a de ça deux ou trois ans et notamment ce moment merveilleux où il hurle sur sa mere un bon gros "ta gueeeeeule" jouissif. JOUISSIF.
 
"Je dis... Pas de femmes, pas de pleurs... !"
Comment ça ce n'est pas la bonne traduction ?
 
A 15 ans, Xavier (R.Duris) était mon dieu, à 20 ans il l'était encore et maintenant à 24 ans, et bien je crois que je commence plus à me rapprocher du Xavier des Poupées Russes, de cette foutue époque où tes amis commencent à se marier, faire des gamins, acheter des maisons. Cette époque où quand tu prends une cuite tu mets 15 jours à t'en remettre et où tu as des cernes jusque par terre (kassdédi à mes potes de vendredi soir t'as vu). FORMIDABLE.
C'est aussi un moment où tu te connais de mieux en mieux, tu sais toujours pas trop quoi faire de ta vie mais tu te rends compte que premièrement c'est pour tout le monde pareil, deuxièmement que tu sais aussi ce que tu ne veux pas faire, tu commences à savoir dire non pour de vrai et ça c'est chouette. En amour t'es toujours autant largué mais tu as ce petit truc en toi qui te dit "ouais elle/lui, je passerais peut-être pas ma vie avec elle/lui mais je la/le kiffe et j'aimerais bien quand meme que ça dure un peu plus lgtps".
 
C'est chouette de grandir dans un film de Klapisch quand meme...
 
 
Bref, je commence à me rapprocher du Xavier des Poupées Russes mais j'y suis pas encore totalement voyez. Alors comprenez bien que pour moi Casse Tête Chinois c'est ... du chinois (uhuhuh je suis tellement drôle) (non).
C'est un film ultra sympa avec de vrais moments drôles mais il ne me parle pas vraiment. On sent Xavier plus assagi, plus calme, il me manque le petit grain de folie, le Xavier qui fait de la merde et qui se met tout le monde à dos. Puis c'est tout de meme assez prévisible comme film ... Même vachement prévisible. (SPOILE : On sent venir gros comme une maison qu'il va finir avec Martine et d'ailleurs c'est là qu'on voit toute la "sagesse" du personage qui au début voudrait quelque chose d'un peu plus foufou et qui finit par se rendre compte qu'en fait Martine bah elle est plutôt coolos et qu'en effet ils se connaissent par coeur et que finalement c'est plutôt un atout, choisir Martine c'est choisir une vie cool et sans prise de tête (meme s'il y a "le feu") et c'est sans doute ce que le Xavier de 40 ans préfère meme si moi du haut de mes 24 ans j'ai un peu de mal à comprendre ... ).
Par contre j'ai adoré certains passages, notamment quand Xavier se plaint que sa vie est un gros bordel (comme d'hab j'ai envie de dire) (et il n'a pas tort) (mais en même temps c'est lui aussi qui le veut bien que ce soit le bordel) et où la personne en face de lui lui répond "ouais bof", l'air de dire "hé mon gars c'est juste la vie qui veut ça" et c'est tellement ça et ça fait relativiser tellement de trucs d'entendre ça au cinéma. Puis le film dit des jolies choses sur la vie et l'amour, qu'un jour on arrête d'aimer, d'être heureux, qu'on doit se reconstruire, reconstruire quelque chose ailleurs (ou pas d'ailleurs) mais que c'est la vie, c'est comme ça et que c'est pas si grave.
 
Et voilà les enfants ont remplacé la bande de potes...
 
 
Certains moments n'apportent pas grand chose au film, du moins de mon point de vue de fille de 24 ans, notamment quand il rencontre le nouveau copain de son ex-femme, le coup des uniformes, mais je me doute que ça doit parler à des gens plus âgés qui ont déjà eu à vivre ce genre de situation...
Bref je le reverrai dans 10-15 ans en me disant "mais oui c'est ça", en attendant ça m'a quand même fait plaisir de retrouver la bande.

Je vais finir sur quelque chose de très superficiel et peut-être très nul mais Wendy est décidément TRES TRES CANON, cette meuf on ne la repère pas trop dans L'Auberge Espagnole, c'est l'anglaise un peu moche et pas forcément funky qui se révèle complètement dans les Poupées Russes et qui est au sommet de sa beauté dans Casse-Tête Chinois, vraiment, l'actrice (Kelly Reilly) est splendide. Je crois que je suis amoureuse. Allez on se fait plaisir et on termine avec des photos de Kelly (hihi).
 
Wendy dans l'Auberge Espagnole.
On sent le potential canonesque de la nana keumême.

 
Bon bah euh voilà quoi.
 
Euh voilà quoi. BIS
 
Je vendrais père et mère pour avoir le quart de sa beauté.
Sur ce je m'en vais crier ma rage dans un sac plastique.
 
 

jeudi 5 décembre 2013

Modern Family



Ma série coup de coeur du moment (oui je la découvre 45 ans après tout le monde, ET ALORS ?).
Modern Family est une série drôle, touchante et au capital sympathie d'environ +45 (sur une échelle de 1à 10). Les personnages sont creusés, tous différents, hauts en couleurs, avec de la personnalité. On les aime, on les adore, on voudrait tous leur faire des câlins d'amour.
(j'en suis à la saison 3, il se pourrait qu'il y ait qqes spoils dans cet article et il se pourrait aussi que si l'envie vous prend de me spoiler sur la fin de la saison 3 et/ou le début de la saison 4, vous vous preniez un coup de pompe virtuel - voilà voilà)
(sinon je ne suis que paix et amour hein, LOVE)

Jay le patriarche.
Jay a plus de 60 ans, dirige son entreprise (dans laquelle il a visiblement très bien réussi vu la taille de sa maison), a deux enfants d'un premier mariage (Claire et Mitchell). Il est remarié avec Gloria, une magnifique colombienne plus jeune que lui qui a un enfant, Manny.
Pendant toute la série, j'ai vraiment l'impression que Jay n'aspire qu'à une seule chose : pouvoir aller jouer au golf tranquillou pépère. Il passe les 3/4 de son temps en jogging même s'il est pourtant très actif. Jay c'est le mec un peu bourru, un peu vieux-jeu qui a du mal à accepter parfois l'homosexualité de son fils, qui ne comprend pas toujours Manny, qui a du mal à suivre sa femme dans toute son excentricité, mais bien souvent il se révèle être un super beau-père pour Manny, plein de bons conseils. La série cache aussi de vrais moments d'émotions avec son fils qui font chaud au coeur. Jay c'est un peu le papy (jeune et cool) qu'on aurait tous voulu avoir.



Gloria

La femme de Jay, une superbe colombienne d'environ 35 ans avec une voix (avec l'accent d'Amérique du Sud) à t'en faire décoller la tapisserie (JAYYYY). Femme au foyer aux courbes plantureuses, c'est la super maman de Manny Delgado. Une mère-poule hyper compréhensive, qui laisse Manny être ce qu'il veut être, qui le laisse exprimer sa personnalité. Elle s'en fiche du regard des autres, de savoir ce que les autres rejetons penseront de son gamin, parfois au grand désespoir de Jay. Elle est têtue, volcanique et aime avoir raison.

 
Manny
Un de mes personnages préférés sans doute (de façon globale les enfants sont sans doute mes personnages préférés). Manny c'est un homme de 50 ans (avec toute la sagesse que cela implique) bloqué dans un garcon de 8 ans. Il se retrouve souvent autour d'une tasse de café à prodiguer des conseils à toute la petite famille, qui l'écoute volontiers, il a des passe-temps d'adultes, ne s'entend pas trop avec Luke alors qu'ils ont pourtant le meme âge, une légère propension à tomber amoureux de filles bien plus âgées que lui. Il fait toujours des réflexions pertinentes et drôles mais c'est aussi un petit garcon complexé, en recherche permanente de l'affection de son père biologique qui ne le lui rend pas très bien d'ailleurs.
 

Mitchell
Le fils de Jay, homosexuel, ayant fait son coming-out assez tardivement auprès de sa famille, il vit avec Cameron, avec lequel il a une petite fille trop mignonne, Lily. Mitchell est avocat, c'est lui qui subvient aux besoins de toute la petite famille, il est souvent amené à s'occuper de Cam, sauf quand il est malade et dans ce cas là les rôles auraient tendance à complétement s'inverser... C'est le papa rassurant, protecteur et moins fifou que Cam. (il est roux aussi) (oui je devais le préciser) (oui j'adore les roux)

 
Cameron
Cameron est le compagnon de Mitchel, c'est LE papa-poule par excellence, sa fille Lily, c'est sa petite princesse, avant meme qu'elle ne sache marcher il l'affuble de tous les costumes possibles et imaginables, la prend en photos et ne supporte pas d'être séparé d'elle trop longtemps. Cameron au fur et à mesure des episodes devient de plus en plus "grande folle", ce qui est très drôle mais aussi un peu cliché tout de même. Il est fan de tout un tas de trucs comme le magician d'Oz, les comedies musicales... Il a aussi pour particularité d'avoir un double (non pas maléfique), il a Fizzbo... Vous voulez en savoir plus ? Regardez la série ;) !
 
 

 
Lily
Bébé dans les saisons 1 et 2 elle devient une vraie petite fille dans la saison 3 où la jeune actrice a quelques dialogues de haute volée avec ce fabuleux episode du mariage où elle fait rire tout le monde. Elle a deux papas aux petits soins pour elle et j'ai hate de voir comment ils vont faire évoluer les relations Cam/Mitchell avec Lily.

 
 
 




 
Claire
La fille de Jay, maman  de Haley, Alex, Luke et femme de Philip (Phil).
Dur dur de tout concilier : une vie de femme, une vie d'épouse et des envies un peu refoulées malgré tout de travailler. Claire c'est la formidable maman, la super-woman, qui parfois pète des plombs, qui veut à la fois être mere et maire, une femme pour son mari (les épisodes de la st valentin à ce sujet sont à mourir de rire) et en meme temps aller faire son jogging tous les jours. Elle est sur tous les fronts, n'hésite pas à se battre quand elle croit la cause juste. Claire a une vision très éclairée sur ses enfants, loin d'être une mère gaga, elle connaît parfaitement les défauts et les qualités de ses enfants et sait en faire bon usage. Elle s'entend bien avec son père et aime être en competition avec lui. Elle a parfois du mal avec Gloria sa "belle-mere" mais n'hésite cependant pas à organiser régulièrement des repas de famille et autres événements familiaux plutôt drôles.
 



Phil
Phil c'est le gars qui se veut être le papa cool, le papa comprehensif, le papa drôle, gentil mais il n'y arrive pas du tout et passe souvent pour un looser, ce qui vous l'aurez compris est du coup très drôle. C'est un excellent agent immobilier mais aussi un enfant dans l'âme. Il s'entend très bien avec son fils Luke, ils ont le meme humour et font souvent pas mal de bétises ensemble.
 
 
 
Haley
Fille ainée de Claire et Phil, Haley est populaire, accro à son telephone, a un petit copain, ne fout rien en classe. Ses parents ne la considèrent pas comme quelqu'un d'intelligent. Bref, si Haley était en plus pompomgirl on pourrait penser qu'elle est un cliché sur pattes, or c'est plus subtil que ça, plus compliqué. Loin de moi les films américains à la mormoilneu où la star du lycée souvent stupide et méchante se révèle en réalité intelligente et avec la main sur le coeur. Haley finalement est juste une personne normale avec des défauts, des qualités, ce n'est pas juste une petite conne écervelée mais ce ne sera jamais pour autant un génie et c'est pour ça qu'elle est cool.

Alex
Cadette de Phil et Claire, Alex est une championne de la répartie et, est du coup, très drôle. Alex c'est un peu l'opposé de sa soeur, elle est intelligente, fait des milliers d'activités, finit toujours première de sa classe, rembarre sa soeur comme personne. Encore une fois il ne faut pas se fier aux apparences, si Haley n'est pas juste une nana stupide, Alex n'est pas non plus juste une intello. On se rend compte que finalement les deux soeurs s'envient pas mal l'une, l'autre et meme si leurs rapports sont souvent conflictuels, à de rares moments elles peuvent devenir complices et s'entraider et c'est là que ça devient chouette (meme si quand elles se tapent dessus c'est drôle aussi).
Les deux soeurs sont la preuve même qu'il n'y a pas une forme d'intelligence dans ce monde (c'était l'instant PEACE&LOVE).

 
Luke
Petit dernier de la famille, ce gosse me fait tellement mourir de rire. Il a une imagination sans limite, il est très casse-cou, un peu lent parfois mais il a une intelligence tellement hors du commun qu'on ne peut pas lui en vouloir. Luke c'est le genre de petit frère que j'aurais adoré avoir.

 
 
 
Cette série est formidable vous l'aurez compris. On apprend à connaître les personnages au fur et à mesure, on grandit avec eux, on est ému avec eux. Les intrigues sont pas fifolles (ça parle d'une famille dois-je vous le rappeler), ici pas de surnaturel, de sciences fiction, juste la vie d'une famille avec ses hauts, ses bas, ses questions existentielles, son quotidien. Bon évidemment dans leur monde à eux, il fait toujours beau, ils ne travaillent jamais et on tous de superbes maisons.
En même temps, si on voulait une série totalement réaliste avec des gens parfaitement "normaux" et qui vont au taf tous les jours, on s'ennuierait profondément.
 
Petit detail non négligeable qui peut complétement déconcerter au début, la série est tournée façon reportage, c'est à dire que la camera suit les protagonistes et parfois les acteurs se permettent un coup d'oeil caméra, le champion en la matière étant Phil Dunphy. Les personnages font également des debriefings de ce qui se passé, tranquillous pépéres dans leur canap (en mode confessional t'as vu - ok je sors). On s'habitue très vite à cette façon de filmer, de plus ça donne l'impression d'entrer dans l'intimité des personnages et de mieux les connaître. Là-dessus ils ont tout bon !
De toutes façons cette série a tout bon de A à Z.
 
Voilà mon avis sur cette fabuleuse, grandiose, extraordinaire (dites moi si j'en fais trop hein) série.
Allez vite la regarder (et je ne veux pas savoir par quels moyens légaux ou illégaux tu te la procures, chenapan) !